Ce mari souhaite soudainement divorcer – est choqué par la réaction de sa femme : la dernière phrase me fait beaucoup de peine



Ce mari souhaite soudainement divorcer – est choqué par la réaction de sa femme : la dernière phrase me fait beaucoup de peine

L’auteur de cette histoire est inconnu. Elle n’a pas arrêté de circuler pendant des années, car elle contient un message intemporel que chacun peut comprendre.

C’est pour cela que j’aimerai la partager avec vous. J’espère que vous partagerez également. Comme vous le savez peut-être, une action positive peut lancer une réaction en chaine de positivité.

« Quand je suis rentré à la maison ce soir-là, ma femme m’a servi à diner. Je lui ai tenu la main et lui ai dit, « J’ai quelque chose à te dire. » Elle s’est assise et a mangé en silence. Une fois de plus, j’ai vu la souffrance dans son regard.

Tout à coup, je ne savais plus comment faire pour ouvrir la bouche. Mais je me devais de lui partager ce que je pensais. « Je veux divorcer. » J’ai lancé le sujet calmement.

Elle ne semblait pas être affectée par mes mots, au contraire, elle m’a gentiment demandé, « Pourquoi ? »

J’ai évité la question. Cela l’a énervé. Elle a lancé ses baguettes et m’a gueulé dessus, « Tu n’es pas un homme ! » Cette nuit-là, nous ne nous sommes pas parlé. Elle pleurait. Je savais qu’elle voulait savoir ce qui était arrivé à notre mariage. Mais je pouvais difficilement lui apporter une réponse qui lui plairait ; mon cœur ne battait plus pour elle, mais pour Jane. Je ne l’aimais plus. J’avais juste pitié d’elle !

Avec un immense sentiment de culpabilité, j’ai fait une ébauche d’un accord de séparation qui indiquait qu’elle pouvait jouir de notre maison, notre voiture ainsi que 30% des actions de ma société.

Elle y a jeté un bref coup d’œil et l’a ensuite déchiré en morceaux. La femme avec qui avait passé dix ans de sa vie avec moi était devenue une étrangère. J’étais désolé pour le temps qu’elle avait perdu, les ressources ainsi que l’énergie, mais je ne pouvais pas revenir sur ce que j’avais dit, car j’aimais éperdument Jane. Elle s’est finalement effondrée en larmes devant moi, ce que je m’attendais à voir. Pour moi, la voir pleurer était une forme de délivrance. L’idée du divorce qui m’obsédait depuis des semaines déjà semblait plus concrète et claire maintenant.

Le jour suivant, quand suis rentré très tard et j’ai vu qu’elle écrivait quelque chose, assise à la table. Je n’ai pas diné, mais je suis allé directement me coucher et j’ai pris sommeil très rapidement, car j’étais fatigué après une éprouvante journée avec Jane.

Quand je me suis réveillé, elle était toujours à table, à écrire. Cela ne m’atteignait pas, j’ai donc fait demi-tour et suis retourné me coucher.

Le matin venu, elle a présenté ses conditions pour le divorce : elle ne voulait rien de moi, mais elle avait besoin d’un mois de préavis avant d’accepter de divorcer. Elle demandait à ce que pendant ce mois, nous nous efforcions tous les deux de vivre une vie aussi normale que possible. Ses raisons étaient toutes simples : notre fils avait son examen dans un mois, et elle ne voulait pas l’incommoder avec notre mariage qui battait de l’aile.

C’était quelque chose que je pouvais faire. Mais elle avait encore une demande, elle m’a demandé de me souvenir comment je l’ai portée jusqu’à notre chambre nuptiale le jour de notre mariage.

Elle a demandé à ce que chaque jour pendant le mois à venir, je la porte pour sortir de la chambre jusqu’à la porte d’entrée tous les matins. Je me suis dit qu’elle devenait folle. Mais afin de faire que nos derniers jours ensemble soient supportables, j’ai accepté d’accéder à son étrange requête.

J’ai confié à Jane quelles étaient les conditions de divorce de ma femme. Elle a ri et a pensé que c’était absurde. « Qu’importe ce qu’elle veut manigancer, elle aura à faire face au divorce, » dit-elle avec dédain.

Ma femme et moi n’avions plus de contact physique depuis que mon intention de divorcer avait été énoncée clairement. Donc quand je l’ai accompagnée le premier jour, nous étions tous les deux gauches. Notre fils applaudissait, « Papa tient maman dans ses bras ! » Ses mots me faisaient beaucoup de peine. De la chambre jusqu’au salon, puis par la porte, j’ai marché plus de dix mètres en la tenant dans mes bras. Elle a fermé ses yeux et m’a dit doucement, « Ne dit rien à notre fils au sujet du divorce. » J’ai acquiescé, me sentant quelque peu triste. Je l’ai déposée à l’extérieur après la porte. Elle est allée attendre le bus pour se rendre au travail. J’ai conduit seul jusqu’au bureau.

Le deuxième jour, nous avons tous les deux agi de façon plus naturelle. Elle s’est appuyée contre mon torse. Je pouvais sentir le parfum de son haut. Je réalise que je n’avais jamais porté autant attention à une femme depuis un moment. Il y avait quelques fines rides sur son visage, ses cheveux devenaient grisonnants ! Notre mariage avait eu raison d’elle. Pendant une minute, je me suis demandé ce que je lui avais fait.

Le quatrième jour, quand je l’ai soulevée, j’ai senti une forme d’intimité qui revenait. C’était la femme qui avait sacrifié dix années de sa vie pour moi.

Le cinquième et le sixième jour, j’ai réalisé que notre intimité revenait peu à peu. Je n’ai rien dit à Jane à ce propos. Il était plus facile de la porter à mesure que le mois passait. Peut-être que cet exercice quotidien me rendait plus fort.

Elle choisissait ce qu’elle allait porter un matin. Elle avait essayé quelques robes déjà, mais ne pouvait pas trouver la bonne. Puis elle soupira, « Toutes mes robes sont devenues larges. » J’ai compris tout à coup qu’elle était devenue si maigre, que c’était la raison pour laquelle je pouvais la porter plus facilement.

Ça m’a frappé alors tout à coup… elle avait enfoui tellement de peine et d’amertume au fond de son cœur. Inconsciemment, j’ai tendu la main et lui ai touché la tête.

Notre fils est arrivé à ce moment-là et a dit, « Papa, il est temps de sortir maman. » Pour lui, voir son papa porter sa maman était devenu une partie intégrante de sa vie. Ma femme a fait signe à notre fils de se rapprocher et elle l’a serré fort contre elle. J’ai détourné le regard, car j’avais peur de changer d’avis à la dernière minute. Puis je l’ai prise dans mes bras, marchant de la chambre jusqu’au salon, puis jusqu’au vestibule à l’entrée. Ses mains enlaçaient mon cou délicatement et naturellement. Je tenais son corps fermement ; comme si c’était le jour de notre mariage.

Mais son poids de plus en plus réduit me rendait triste. Le dernier jour, quand je l’ai tenue dans mes bras, je pouvais à peine marcher. Notre fils était déjà parti à l’école. Je l’ai tenue fermement et j’ai dit, « Je n’avais pas remarqué que notre vie manquait d’intimité. »

J’ai conduit jusqu’au bureau… Je me suis hâté de sortir de la voiture sans verrouiller derrière moi. J’avais peur que le moindre retard fasse que je change d’avis… Je suis monté. Jane a ouvert la porte et je lui ai dit, « Désolé Jane, je ne souhaite plus divorcer. »

Elle m’a regardé, l’air étonné, et a posé sa main sur mon front. « Fais-tu de la fièvre ? », a-t-elle dit. J’ai enlevé sa main de sur ma tête. « Désolé Jane », ai-je dit, « Je ne divorcerai pas. » Mon mariage était ennuyeux sans doute à cause du fait qu’elle et moi n’avions plus aucun amour pour les petites choses qui faisaient notre quotidien, pas parce qu’elle et moi ne nous aimions plus. Maintenant, je réalise que comme je l’ai portée jusqu’à ma maison après notre mariage, je suis tenu de m’accrocher à elle jusqu’à ce que la mort nous sépare.

Jane semblait s’être réveillée d’un coup. Elle m’a donné une énorme gifle et puis a fermé violemment la porte avant de fondre en larmes. Je suis descendu et je suis parti en voiture.

Chez le fleuriste sur ma route, j’ai commandé un bouquet de fleurs pour ma femme. La vendeuse m’a demandé ce qu’il fallait écrire sur la carte. J’ai souri et j’ai écrit « Je t’accompagnerai chaque matin jusqu’à ce que la mort nous sépare. »

Cette nuit-là, quand je suis arrivé chez moi, les fleurs à la main, un grand sourire sur le visage, je suis monté pour retrouver ma femme au lit – morte.

Ma femme se battait contre un cancer pendant des mois et j’étais tellement préoccupé par Jane pour le constater. Elle savait qu’elle n’avait pas longtemps à vivre, et elle voulait me protéger de toute réaction négative que pourrait avoir notre fils, au cas où nous allions de l’avant avec notre divorce. Au moins, pour notre fils – j’étais un mari aimant…

Les petites choses de la vie au quotidien étaient ce qui était le plus important dans notre relation. Ce n’est pas la grande maison, la voiture, le terrain, ou l’argent en banque. Tout cela constituait un environnement propice pour le bonheur, mais ne donnait pas du bonheur en retour en tant que tel. Donc, prenez le temps d’être l’ami de votre conjoint et faites ces petites choses l’un pour l’autre au lieu de ne faire que créer l’intimité. Vivez un mariage vraiment heureux !

Si vous ne partagez pas ceci, il ne se passera rien.

Si vous le faites, cela pourrait faire que vous sauviez un mariage.

Plusieurs échecs dans la vie sont causés par des gens qui ne réalisaient pas à quel point ils étaient proches du succès au moment où ils ont abandonné. »

On ne réalise l’importance des choses uniquement quand il est trop tard. N’oubliez donc pas d’apprécier ce que vous avez pendant que vous l’avez encore.

Partagez cette histoire si vous êtes d’accord !

source:newsner




Partagez avec vos amis:

Comments

comments