Cet homme révèle les derniers mots prononcés par le petit garçon qu’il a assassiné. Ce qu’il a dit vous fera pleurer à coup sûr



Cet homme révèle les derniers mots prononcés par le petit garçon qu’il a assassiné. Ce qu’il a dit vous fera pleurer à coup sûr

Autant être parent est un bonheur immense et indescriptible, autant perdre un enfant est un drame parfois insurmontable qui bouleverse la vie des parents et également celle de la famille, notamment quand cet enfant trouve la mort d’une manière violente. C’est ce qui s’est passé pour Les Wetterling. Ils ont perdu leur fils après qu’il ait été assassiné. Malgré l’arrestation du meurtrier, les parents sont toujours autant affectés par la disparition de leur enfant il y a 30 ans de cela. L’assassin a choisi aujourd’hui de révéler quels étaient les derniers mots prononcés par le petit garçon avant son décès…

Il y a à peu près 30 ans de cela, le couple Wetterling vivait un véritable enfer en perdant leur fils âgé de 13 ans à l’époque. En effet, le 22 octobre 1989, Jacob Wetterling disparaissait alors qu’il s’amusait avec son frère et un ami à lui. Le jour du meurtre, les adolescents sont abordés par un homme portant un masque. Le début de la descente aux enfers pour Jacob…

319

320

L’enlèvement 

Alors que les garçons jouent ensemble non loin de leurs maisons, ceux-ci sont approchés par un mystérieux inconnu portant un masque. Si celui-ci les effraie, il finit par demander à deux d’entre eux de s’en aller, l’ami et le grand frère de Jacob en l’occurrence. Il capture Jacob, l’enferme dans le coffre de sa voiture et l’emmène à la sortie de la ville. Il l’agresse sexuellement et finit par le tuer lorsqu’il entend les sirènes des voitures de police au loin, puis s’enfuit à toute vitesse.

L’homme masqué

This undated photo provided by the Sherburne County Sheriff's Office shows Danny Heinrich, of Minnesota. Heinrich, who is expected to appear in federal court Tuesday, Sept. 6, 2016, in a child pornography case, was named last year by authorities as a person of interest in the 1989 abduction of Jacob Wetterling near his home in St. Joseph, Minn. He was never charged in that case. But he led authorities to the boy's remains last week, according to a law enforcement official who spoke to The Associated Press on condition of anonymity because of the ongoing case. (Sherburne County Sheriff's Office via AP)

Suite à l’enlèvement du petit Jacob, la police parvient à donner un nom au kidnappeur. Il s’agit de Danny Heinrich, un homme blanc ayant kidnappé plusieurs petits garçons avant Jacob. Parmi les enfants séquestrés se trouve le petit Jacob Scheierl, enlevé 9 mois avant le meurtre de Jacob. Ayant réussi à s’échapper de l’emprise de l’homme masqué, il parvient à le décrire à la police qui commence à cette époque à dresser son portrait, puis, à le chercher, sans jamais le retrouver… du moins, dans un premier temps.

Seulement, à ce moment-là, la police n’est toujours pas au courant que l’adolescent est déjà six pieds sous terre…

De la pornographie infantile 

Au bout de plusieurs années d’investigation, la police finit par retrouver la trace de Danny Heinrich qui avait décidé de changer de domicile aussi souvent que possible pour ne pas être repéré. En s’introduisant dans sa dernière demeure, les forces de l’ordre découvrent tellement de cassettes à caractère pornographique et d’images impliquant des mineurs qu’ils ont de quoi inculper Heinrich et le mettre en prison pendant 25 ans !

L’arrestation et la négociation 

Après près de 27 ans de cavale, Danny Heinrich a fini par être arrêté en 2016 grâce aux preuves ADN. En effet, son ADN a été retrouvé sur le corps du petit Jacob retrouvé enterré dans le jardin de la dernière résidence d’Heinrich.

Au moment d’être arrêté, Danny a demandé aux parents de la victime et à leur avocat de trouver un arrangement pour ne pas obtenir de condamnation à perpétuité. Il a proposé de révéler aux parents du petit Jacob ce que lui a dit le petit garçon avant de mourir, le tout bien sûr en échange d’une réduction de peine (25 ans de prison en tout).

322

Les derniers mots du petit Jacob 

Acceptant l’offre de l’accusé, les parents de la victime ont enfin pu découvrir quels ont été les derniers mots de leur fils avant de se faire assassiner. Danny Heinrich a révélé que Jacob avait simplement demandé à son agresseur « qu’est-ce que j’ai fait de mal ?  » avant de l’exécuter froidement.

Une histoire sordide malheureusement loin d’être unique, qui nous rappelle que nous ne sommes jamais assez prudents face aux menaces extérieures. Il est important que chaque parent puisse inculquer à ses enfants de ne pas parler aux inconnus dans la rue et surtout, de leur expliquer l’existence de personnes pouvant leur nuire et leur faire du mal, en l’occurrence, les pédophiles.

source:santeplusmag

 




Partagez avec vos amis:

Comments

comments