Une père est forcé de regarder six hommes en train de violer sa fille.



Une père est forcé de regarder six hommes en train de violer sa fille.

Quelle horreur, pauvre homme.

Un père a été forcé d’assister au viol de sa fille par six hommes qui l’avaient attachée à un arbre. 

Cette agression très troublante s’est produite en Inde dans le secteur de Kishanganj.

Selon ce que rapporte The Times of India, les agresseurs auraient cogné à la porte de la victime en prétendant vouloir de l’eau.

Aussitôt que la porte s’est ouverte, les six hommes ont forcé la victime et son père à les suivre dans un secteur abandonné où ils ont été ligotés. La scène horrible s’est produite vers 2h du matin.

Lorsque la victime a dénoncé l’agression aux forces de l’ordre, celle-ci a expliqué que ses agresseurs l’avaient menacée de la tuer si elle en parlait à la police.

L’un des six hommes a été arrêté et il s’agit de Mohammad Kasim. Selon la police, les cinq autres hommes auraient pris la fuite et ils se trouveraient dans une autre ville.

La police a toutefois ajouté que les six hommes étaient déjà connus des autorités et que ceux-ci avaient troublé la paix à Patthar Ghatti et dans les villages avoisinants.

Ceux-ci n’avaient jamais été arrêtés, car jusqu’ici, ils n’avaient jamais fait l’objet de plaintes.

La victime a été traitée à l’hôpital de Kishanganj Sadar, mais la police ne pourra pas utiliser ses vêtements en guise de preuve, car ceux-ci ont été nettoyés.

En 2018 seulement, on rapporte que 1400 cas de viol sont survenus à Bihar, dont 39 dans le district de Kishanganj.

Au cours des dernières années, l’Inde a fait face à une montée très inquiétante des cas de viol. Le gouvernement a même dû adopter de nouvelles lois afin de punir les crimes sexuels.

Le mois dernier, une étudiante en ingénierie a été enlevée pour ensuite subir un viol collectif qui a duré deux journées. La femme avait été laissée morte pour dans la forêt. La victime avait été enlevée par un homme qui prétendait bien connaître son frère.

 




Partagez avec vos amis:

Comments

comments